vendredi, août 29, 2014 Heure locale: 08:02

actualités

Le Cameroun, bien noté par la Banque mondiale, mais la pauvreté persiste

Une mine au Cameroun, où la croissance de l'économie s'est chiffrée à 5%, selon la Banque mondiale Une mine au Cameroun, où la croissance de l'économie s'est chiffrée à 5%, selon la Banque mondiale
x
Une mine au Cameroun, où la croissance de l'économie s'est chiffrée à 5%, selon la Banque mondiale
Une mine au Cameroun, où la croissance de l'économie s'est chiffrée à 5%, selon la Banque mondiale
Le Cameroun, bien noté dans la dernière édition des « Cahiers Economiques du Cameroun », publiés lundi par la Banque mondiale. Cette dernière signale que l’économie du pays a progressé de 5% en 2012. Selon Raju Jan Singh, économiste en chef à la Banque mondiale pour l’Afrique centrale et coordonnateur des cahiers économiques, cette croissance est due essentiellement à l’agriculture, la construction, les transports et télécoms.


« C’est bien, vu le contexte international, certes. Ça montre une reprise par rapport aux années précédentes », poursuit M. Singh. Une ombre à ce tableau : la croissance démographique. « Si on a à l’esprit que la population au Cameroun croit à environ 3 %,  5% ne suffit absolument pas pour, réellement faire une différence dans le quotidien des Camerounais », explique l’économiste de la Banque mondiale. 

En d’autres mots, pour vraiment réduire la pauvreté, le Cameroun est condamné à, soit accélérer considérablement sa croissance économique, soit à réduire le taux de croissance de sa population.

« Si on regarde l’expansion économique par tête d’habitant, donc, quelle est la richesse additionnelle que l’économie camerounaise a généré et qu’on la distribue d’une manière équitable à travers sa population, force est de constater qu’il n’y a pas une grande différence dans la qualité de vie des Camerounais » ajoute M. Singh.
« C’est assez normal qu’on ne voit pas vraiment d’amélioration tangible dans le quotidien des Camerounais et c’est une remarque qui est valable au moins sur les dix dernières années » conclut-il.

Par ailleurs, les données recueillies dans les pays africains, qui ont facilité la mise au point de cette cinquième édition des "Cahiers économiques du Cameroun", montrent que les filets de protection sociale réduisent directement la pauvreté et la vulnérabilité chroniques, fait valoir la Banque mondiale dans son communiqué. Lorsqu’ils sont bien conçus, ces filets « protègent les populations et viennent compléter les politiques de stabilisation économiques » poursuit la Banque.