lundi, septembre 22, 2014 Heure locale: 06:12

Multimédia

Interview du président djiboutien Ismaïl Omar Guellehi
|| 0:00:00
...
 
🔇
X
07.08.2014 20:04
Ismaïl Omar Guelleh le président djiboutien était parmi les chefs d’état africains au récent sommet Etat Unis Afrique qui vient de s’achever à Washington. Ce petit pays de la corne de l’Afrique sert de base à un détachement militaire américain consacré à lutte contre le terrorisme et la piraterie au large de la Somalie. Le président djiboutien a renouvelé en mai dernier un accord avec le Pentagone.

Interview du président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh

Publié 07.08.2014

Ismaïl Omar Guelleh le président djiboutien était parmi les chefs d’état africains au récent sommet Etat Unis Afrique qui vient de s’achever à Washington. Ce petit pays de la corne de l’Afrique sert de base à un détachement militaire américain consacré à lutte contre le terrorisme et la piraterie au large de la Somalie. Le président djiboutien a renouvelé en mai dernier un accord avec le Pentagone.


Ce forum a été clos.
Triage des commentaires
Commentaires
     
Par: Adou De: AJACCIO, FRANCE
08.08.2014 19:00
Je salue l'intervention de notre cher président. C'est vrai que Djibouti a pris le risque de combattre le terrorisme et maintenant il faut évaluer les mesures de sécurité pour éviter une toute nouvelle et éventuelle attaque. Mais moi je dirais que notre président doit penser d'abord à l'économie du pays avant même de régler les problèmes de la piraterie !!!


Par: IBRAHIM HOUMED Houssein De: France
07.08.2014 22:35
Le Président autoproclamé de Djibouti est le premier à être source de l'insécurité pour son pays par les nombreuses éliminations physiques de ses opposants mais aussi et surtout comme orchestre central des crimes de guerre, génocide et crimes contre l'humanité. Il passe sous silence le fait qu'il est tyran commerçant, le clanisme de bas étage qu'il distille au sein de l'administration de l'Etat et dans l'armée. Pathétique comme interview pour Monsieur "Yaani" qui peine à articuler les mots et en l'absence d'arguments, il invoque le terrorisme. Alors que sa population a faim, soif, manque d'eau et d'électricité, le tyran divague et préfère faire diversion une nouvelle fois. Il devrait repondre de ses actes devant la Cour Pénale Internationale.