samedi, novembre 01, 2014 Heure locale: 00:18

Galerie Photos

Votre JavaScript est fermé et vous avez vieille version du Flash Player d'Adobe. Accédez au plus récent Flash Player.
  • Le général Honoré Traoré Nabere, troisième à gauche à l’avant-plan, qui s’est proclamé chef de l’Etat du Burkina Faso, parle lors d'une conférence de presse tenue à Ouagadougou, au Burkina Faso, le vendredi 31 octobre 2014. Le Président Blaise Compaoré a démissionné vendredi, écarté du pouvoir au Burkina Faso après 27 ans par une vague de manifestations violentes dont le point culminant était  le saccage et la mise en feu du parlement. (AP Photo / Theo Renaut)

  • Scènes de liesse des centaines de milliers de Burkinabé réunis devant le siège du gouvernement à Ouagadougou, Burkina Faso, vendredi le 31 octobre 2014. Le Président Blaise Compaoré a annoncé vendredi 31 octobre 2014 qu’il quittait le pouvoir. Il a régné 27 années. (AP Photo/Theo Renaut)

  • Sur cette photo prise le jeudi 30 octobre 2014, les manifestants vocifèrent alors qu’ils viennent de saccager et brûler un bâtiment du Parlement au Burkina Faso. Des scènes de liesse et des pillages ont eu lieu au Burkina Faso après que le président Blaise Compaoré a annoncé vendredi 31 octobre 2014 qu’il quittait le pouvoir. Il a régné 27 années. (AP Photo / Theo Renaut)

  • Scènes de liesse des centaines de milliers de Burkinabé réunis devant le siège du gouvernement à Ouagadougou, Burkina Faso, vendredi le 31 octobre 2014. Le Président Blaise Compaoré a annoncé vendredi 31 octobre 2014 qu’il quittait le pouvoir. Il a régné 27 années. (AP Photo/Theo Renaut)

  • Un porte-parole de l'armée parle aux manifestants anti-gouvernementaux devant l’état-major de l’armée à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, le 30 Octobre 2014. Le Président Blaise Compaoré a annoncé vendredi 31 octobre 2014 qu’il quittait le pouvoir. Il a régné 27 années. REUTERS / Joe Penney

  • L’armée et les forces de sécurité ont tenté de rétablir l’ordre après une vague des manifestations dont le point culminant était l’incendie du parlement jeudi le 30 octobre 2014, contraignant le président Blaise Compaoré à la démission vendredi 31 octobre 2014 après 27 années de règne.

  • Scènes de liesse des centaines de milliers de Burkinabé réunis devant le siège du gouvernement à Ouagadougou, Burkina Faso, vendredi le 31 octobre 2014. Le Président Blaise Compaoré a annoncé vendredi 31 octobre 2014 qu’il quittait le pouvoir. Il a régné 27 années. (AP Photo/Theo Renaut)

  • L’armée et les forces de sécurité ont tenté de rétablir l’ordre après une vague des manifestations dont le point le culminant était l’incendie du parlement jeudi le 30 octobre 2014, contraignant le président Blaise Compaoré à la démission vendredi 31 octobre 2014 après 27 années de règne.

  • Une vague des manifestations dont le point le culminant était l’incendie du parlement jeudi le 30 octobre 2014, au Burkina Faso, a contraint le président Blaise Compaoré à la démission vendredi 30 octobre 2014 après 27 années de règne.

  • Une vague des manifestations dont le point le culminant était l’incendie du parlement jeudi le 30 octobre 2014, au Burkina Faso, a contraint le président Blaise Compaoré à la démission vendredi 31 octobre 2014 après 27 années de règne.

  • Le général Honoré Traoré Nabere, troisième à gauche à l’avant-plan, qui s’est proclamé chef de l’Etat du Burkina Faso, parle lors d'une conférence de presse tenue à Ouagadougou, au Burkina Faso, le vendredi 31 octobre 2014. Le Président Blaise Compaoré a démissionné vendredi, écarté du pouvoir au Burkina Faso après 27 ans par une vague de manifestations violentes dont le point culminant était  le saccage et la mise en feu du parlement. (AP Photo / Theo Renaut)

Burkina Faso: le général Honoré Traoré s'auto-proclame chef de l'Etat après la démission de Blaise Compaoré

Le chef de l'état-major de l'armée burkinabé a déclaré, dans un communiqué, qu'il prenait acte de la démission du président Compaoré et qu'il assumera désormais les responsabilités de chef de l'armée burkinabé.

Plus Galerie Photos

Washington Forum

Votre JavaScript est fermé et vous avez vieille version du Flash Player d'Adobe. Accédez au plus récent Flash Player.
Washington Forum du 30.10.14 : la révolte au Burkina Fasoi
X
30.10.2014 19:00
Le Burkina Faso s’embrase, le gouvernement a été dissout, l’état d’urgence instauré par l’armée, le régime Compaoré confronté au printemps burkinabè, le contraignant à annuler la réforme de la Constitution qui devait permettre au président Blaise Compaoré de se maintenir au pouvoir. Jacques Aristide reçoit, en direct, de Ouagadougou, le constitutionaliste Augustin Loada ; de Dakar, Anne Look, correspondante de la VOA pour l’Afrique de l’Ouest ; et sur le plateau à Washington, le Burkinabè Drissa Dao ; et Georges Alula, ex-candidat à la présidentielle en RDC. ------------ Washington Forum : 30 minutes d'actualité africaine, américaine et internationale. Economie, politique, santé, religion, sports, science, multimédias: nos experts répondent à vos questions en direct, via des Live Remote, Skype, et par téléphone de Dakar à Johannesburg, en passant par le Caire, New York, Paris et Londres. Chaque jeudi à T.U. 1900-1930

Washington Forum du 30.10.14 : la révolte au Burkina Faso

Le pays s’embrase, le gouvernement a été dissout, l’état d’urgence instauré par l’armée, le régime Compaoré confronté au printemps burkinabè, le contraignant à annuler la réforme de la Constitution qui devait permettre au président Blaise Compaoré de se maintenir au pouvoir.

Plus Washington Forum

Videos

Votre JavaScript est fermé et vous avez vieille version du Flash Player d'Adobe. Accédez au plus récent Flash Player.
Faut-il croire les autorités nigérianes sur le cessez-le-feu avec Boko Haram ?i
|| 0:00:00
...
 
🔇
X
22.10.2014 21:43
Les Nigérians se posent la question près d’une semaine après l’annonce du cessez-le-feu. Depuis cinq ans et le début de l’insurrection sanguinaire de Boko Haram, Abuja a multiplié les effets d’annonce concernant le groupe terroriste. Reportage de Nicolas Pinault.

Faut-il croire les autorités nigérianes sur le cessez-le-feu avec Boko Haram ?

Les Nigérians se posent la question près d’une semaine après l’annonce du cessez-le-feu. Depuis cinq ans et le début de l’insurrection sanguinaire de Boko Haram, Abuja a multiplié les effets d’annonce concernant le groupe terroriste. Reportage de Nicolas Pinault.

Plus Videos

Plus
Plus Programmes Radio

Les opinions de nos auditeurs

Aucun document n'est lié a ce widget:6832

Votre JavaScript est fermé et vous avez vieille version du Flash Player d'Adobe. Accédez au plus récent Flash Player.