vendredi, octobre 24, 2014 Heure locale: 07:45

actualités

Washington poursuit Standard & Poor’s

x
Le département américain de la Justice (DOJ) a déposé une plainte au civil contre la plus grande agence de notation des Etats-Unis, la société Standard & Poor’s. Il estime que l’agence a induit en erreur les investisseurs sur la qualité des investissements complexes qui ont joué un rôle clé dans la crise financière de 2007.

Dans de nombreux cas, des paquets de prêts hypothécaires se sont avérés nettement plus risqués que ce que leurs évaluations indiquaient, fait valoir le ministère américain.  Les notations fallacieuses indument fournie par Standard & Poor’s auraient floué des milliards d’investisseurs et précipité la crise des subprimes. Le procès va se dérouler en Californie et concerne les « Collateralized debt obligations (CDO) », ces paquets de prêts immobiliers, notés AAA et revendus à des institutions diverses. 

Une commission d'enquête sur la crise économique et financière de 2007 a conclu que les agences de notation ont joué des « rôles clés » dans cette crise.

Standard & Poor’s nie tout  acte répréhensible, et affirme que ses analystes ont fourni des évaluations appropriées, similaires à celles des autres agences. Un message placé sur le site Internet de la société précise que de l’avis de ses responsables, la plainte soumise par le gouvernement est « sans mérite factuel ou juridique ».

Cette plainte, déposée lundi, est la première action majeure du gouvernement contre une agence de notation, ces dernières ayant retiré des profits substantiels de leurs évaluations du risque des titres.

Pour les critiques, les agences de notations ont été trop optimistes, car c’était à leur avantage. Standard & Poor’s évoque des notes publiées de « bonne foi » et se défend d’avoir été motivée par des « considérations commerciales ».
Plus Programmes Radio