samedi, octobre 25, 2014 Heure locale: 06:16

actualités

Un nouvel attentat terroriste déjoué au Mali

Mali troopsMali troops
x
Mali troops
Mali troops
Deux hommes portant des ceintures d’explosifs ont  été arrêtés près de Gao samedi, un jour après un attentat suicide contre un poste de contrôle militaire aux environs de cette ville septentrionale.

Selon un porte-parole militaire malien et des témoins, les deux hommes ont été arrêtés sur une route qui mène à Gao.

Les troupes maliennes ont renforcé la sécurité après un attentat suicide vendredi visant des militaires maliens. Un journaliste local a déclaré à la Voix de l’Amérique (VOA) que cet attentat s'est produit à moins de 10 mètres d'un poste de contrôle militaire, et a blessé légèrement un soldat.

Un groupe islamiste, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO), a revendiqué la responsabilité de l'attaque de vendredi et a promis de mener d'autres attentats contre les soldats maliens qui se sont rangés, selon lui, aux côtés « des ennemis de l'islam ».

Le MUJAO est l'une des milices qui ont établis leurs bastions dans le nord du Mali avant que les forces françaises n’interviennent en janvier.

Radio France Internationale (RFI) a déclaré samedi que les autorités maliennes ont émis des mandats d'arrêt contre les dirigeants de MUJAO, ainsi que ceux d’Ansar Dine et du MNLA, le groupe touareg séparatiste. Ces trois groupes de militants sont à l’origine des troubles dans le nord du pays.

La violence de vendredi a éclipsé l'arrivée de 70 instructeurs militaires de l'Union européenne (UE). Il s’agit du premier détachement d’un groupe de 500 instructeurs militaires qui seront déployés pour aider à renforcer l'armée malienne.

La crise au Mali a commencé au début de 2012, lorsque le MNLA a lancé une rébellion dans le nord. Mais les extrémistes islamistes ont rapidement pris le dessus de la situation, imposant la charia dans la région.  

À la demande du gouvernement malien, la France est intervenue dans son ancienne colonie le mois dernier pour repousser les militants liés au réseau terroriste al-Qaïda qui avaient lancé une offensive vers  la capitale, Bamako.

La France veut commencer à se désengager et remettre le contrôle du pays à l'armée malienne et aux forces africaines. Mais de source officielle, on fait valoir que cette transition devra attendre jusqu'à ce que la situation sécuritaire au Mali se stabilise.

La France a proposé à l'Organisation des Nations Unies (ONU) d’établir une mission de maintien de la paix au Mali. Mais en privé, les diplomates disent que la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU autorisant la mission ne sera probablement pas adoptée avant la fin de février. Et il faudra ensuite peut-être encore deux mois pour intégrer les forces africaines dans une mission de maintien de la paix onusienne.
Plus Programmes Radio