dimanche, novembre 23, 2014 Heure locale: 09:38

actualités / monde

Tournée asiatique du président Barack Obama

Le président Obama à bord d'Air Force One sur le tarmac de la base aérienne Andrews près de Washington, D.C. Le président Obama à bord d'Air Force One sur le tarmac de la base aérienne Andrews près de Washington, D.C.
x
Le président Obama à bord d'Air Force One sur le tarmac de la base aérienne Andrews près de Washington, D.C.
Le président Obama à bord d'Air Force One sur le tarmac de la base aérienne Andrews près de Washington, D.C.
Le chef de l’exécutif américain a quitté Washington samedi pour une tournée asiatique de trois jours qui le conduira au Cambodge, en Thaïlande et en Birmanie. Ce voyage à l’étranger, son premier depuis sa réélection, le 6 novembre 2012, traduit la nouvelle attention que l’administration américaine entend accorder au Sud-est asiatique.
 
Barack Obama effectuera une brève halte en Birmanie, devenant ainsi le premier dirigeant américain à se rendre dans cette ancienne dictature militaire.

Le président birman Thein Sein au palais présidentiel, à NaypyitawLe président birman Thein Sein au palais présidentiel, à Naypyitaw
x
Le président birman Thein Sein au palais présidentiel, à Naypyitaw
Le président birman Thein Sein au palais présidentiel, à Naypyitaw
Des groupes de défense des droits humains critiquent ce choix. Le président Obama aurait dû attendre que les dirigeants birmans procèdent à d’autres réformes avant de les honorer de cette visite, a fait savoir Matthew Smith, chercheur à Human Rights Watch.

Le risque est que sa visite confère au gouvernement actuel un certain satisfecit alors que celui –ci continue de violer les droits humains « de manière très sérieuse », a souligné Smith, faisant remarquer que la Birmanie n’a toujours pas libéré les prisonniers politiques.

Selon le chercheur de Human Rights Watch, les dirigeanst birmans ne sont pas non plus intervenus pour faire cesser les violences contre la minorité musulane Rohingya dans l’Etat occidental de Rakhine.
 
Des membres du Congrès ont exprimé des préoccupations similaires.
 
Toutefois, le conseiller à la Sécurité du président Obama, Tom Donilon, a assuré que M. Obama saisira l’occasion pour exercer des pressions sur le président birman Thein Sein pour qu’il poursuive les réformes dans son pays.
 
D’autres collaborateurs du président américain  disent que M. Obama exprimera aussi ses préoccupations concernant les violations des droits humains au Cambodge dans le cadre d'une réunion des leaders de la région à Phnom Penh.
Ce forum a été clos.
Commentaires
     
Il n'y a pas de commentaire dans ce forum. Soyez le premier à en poster.
Plus
Plus Programmes Radio