jeudi, octobre 23, 2014 Heure locale: 10:03

actualités

Retour à la normale à Gao, Douentza et Diabali

Un soldat en poste à DiabaliUn soldat en poste à Diabali
x
Un soldat en poste à Diabali
Un soldat en poste à Diabali
Selon des fonctionnaires de l'ONU, la taille de la force d'intervention africaine en cours de déploiement au Mali pourrait doubler. Elle passerait de 3.300 militaires à 6.600, un plus grand nombre de soldats étant nécessaires pour aider à reprendre le contrôle du nord du pays aux militants islamistes.

L'ambassadeur de Côte-d'Ivoire aux Nations Unies (ONU), Youssoufou Bamba, qui représente la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l’Ouest (Cédéao) à l'ONU, a déclaré près de 1.000 soldats sont déjà arrivés au Mali. Il a exhorté mardi le Conseil de sécurité à fournir un soutien financier et logistique d'urgence pour l'opération.

Les forces françaises et maliennes ont bloqué une poussée vers le sud des militants qui se sont emparés du nord du Mali suite à un coup d’Etat en mars 2012. 

L’envoyé spécial de la VOA à GAO, Idriss Fall, a déclaré que la plupart des militants islamistes ont fui la ville depuis la semaine dernière, lorsque des avions de guerre français ont bombardé leurs positions. Certains des militants ont été repérés dans la région. Ils conduisaient des camions ou motos, et se cachaient même dans des arbres. Toujours selon M. Fall, il est clair que les islamistes ne sont pas nombreux ou assez organisés pour continuer à appliquer la charia qu’ils avaient imposé après la prise de Gao en avril.

Des jeunes de la région ont recommencé à fumer, et les femmes sortent dans les rues sans se couvrir la tête. Le raid sur Gao il y a dix jours n'a coûté la vie à aucun civil, ajoute M. Fall, mais la ville souffre de pénuries de vivres et médicaments, vu que toutes les livraisons en provenance du Niger et de l'Algérie ont été interrompues. Gao est largement isolée du reste du monde, et les journalistes ne peuvent pas envoyer leurs reportages de la localité.

Les forces maliennes patrouillent Diabali, une ville du centre du Mali où des militants islamistes ont été repoussés lundi par les forces françaises et maliennes.

Des résidents de Diabali ont déclaré que les miliciens ont fui ou tentent de se fondre dans la population. La ville est située à 400 kilomètres au nord de la capitale, Bamako. Le calme est également revenu à Douentza, autre localité prise par les militants en septembre dernier.
Plus Programmes Radio