jeudi, octobre 30, 2014 Heure locale: 22:51

actualités / afrique-centrale

RDC : « Nous ne sommes pas un groupe terroriste », a dit à la VOA Jean-Marie Runiga, chef du M23

Dans un entretien avec Nicolas Pinault, envoyé spécial de la VOA, le chef politique du M23, Jean-Marie Runiga, réagit aux sanctions américaines contre lui, prises quelques semaines après celles du Conseil de Sécurité le 1er janvier, imposées non seulement aux rebelles du M23, mais également à la rébellion rwandaise des FDLR active dans le Nord Kivu.

RDC, Nord Kivu, Bunagana, février 2013 (VOA/Nicolas Pinault)                            RDC, Nord Kivu, Bunagana, février 2013 (VOA/Nicolas Pinault)
x
RDC, Nord Kivu, Bunagana, février 2013 (VOA/Nicolas Pinault)
RDC, Nord Kivu, Bunagana, février 2013 (VOA/Nicolas Pinault)
"Je ne constitue aucun danger pour l’administration américaine. Ni moi, ni le mouvement que je dirige ne sont des ennemis des Etats-Unis. Nous ne sommes pas un groupe terroriste. Nous ne nous sommes jamais attaqués aux intérêts américains. Je pense que Washington a reçu des informations incorrectes. A un certain moment, ils pourront revoir cela car nous ne constituons aucun danger pour les Etats-Unis", a dit le chef du M23, à propos des sanctions du Trésor américain. "Je n’ai rien à me reprocher, donc je me dis que la vérité finira par triompher. Le peuple congolais sait que nous sommes sérieux. Il y a des problèmes en République Démocratique du Congo. Ces sanctions-là ne vont pas les résoudre ", a ajouté Jean-Marie Runiga.

Concernant les discussions de Kampala, le chef du M23 a dit que le gouvernement ne veut parler que des accords du 23 mars 2009, sans prendre en compte les problèmes socio-économiques.

Jean-Marie Runiga a, par ailleurs, approuvé le futur déploiement de drones de surveillance à la frontière Est de la RDC. "Aucune inquiétude, les drones viendront pour surveiller les frontières. C’est une bonne chose pour nous car on saura, une bonne fois pour toutes, que nous ne recevons pas de soutien des pays voisins," a-t-il affirmé.

La société civile du Nord-Kivu dénonce depuis plusieurs jours un renforcement des troupes du M23 autour de Goma avec l'appui de l'armée Rwandaise. De leur côté, les rebelles du M23 accusent le gouvernement de s'allier aux rebelles rwandais des FDLR et à certains groupes armés locaux. Dans la capitale du Nord Kivu, d’aucuns craignent une reprise de la guerre.
« Notre option à nous, c'est de négocier avec le gouvernement congolais, ce n'est pas de continuer la guerre », a dit à la Voix de l’Amérique, le porte-parole du M23, Bertrand Bisimwa, en réponse aux divers rapports de média faisant état de nouveaux bruits de bottes aux environs de Goma. 

Précisant à la VOA que le document d’évaluation de l’accord du 23 mars a été paraphé ce mercredi, 6 février, à Kampala, M. Bisimwa a dit ne pas avoir eu l’impression que la délégation gouvernementale était opposée à des discussions sur d’autres points en dehors de la sécurité, contrairement à divers rapports par voie de presse. 

Sur la question du coût élevé de ces pourparlers qui s’éternisent, et de la réduction du nombre de délégués présents à Kampala, il a dit qu’une prochaine plénière décidera probablement de cette réduction, et que la guerre coûte de nombreuses vies humaines, un prix bien plus élevé que Kampala.
Plus
Plus Programmes Radio