mercredi, juillet 23, 2014 Heure locale: 17:31

actualités / afrique-centrale

RDC, Nord Kivu : Les FARDC imputent au M23 le ralentissement de la traque des FDLR

En réponse aux accusations du M23 disant que les FDLR opérant dans l’est de la RDC collaborent avec les Forces Armées congolaises, le porte-parole de la 8ème région militaire des FARDC, a dit à la VOA que c’est justement la rébellion du M23 qui a compromis leurs efforts visant à combattre les rebelles hutu rwandais.

Le Lieutenant-Colonel Olivier Hamuli, porte-parole de la 8ème région militaire des FARDC, Nord Kivu, RDC, février 2013. (VOA/Nicolas Pinault) Le Lieutenant-Colonel Olivier Hamuli, porte-parole de la 8ème région militaire des FARDC, Nord Kivu, RDC, février 2013. (VOA/Nicolas Pinault)
x
Le Lieutenant-Colonel Olivier Hamuli, porte-parole de la 8ème région militaire des FARDC, Nord Kivu, RDC, février 2013. (VOA/Nicolas Pinault)
Le Lieutenant-Colonel Olivier Hamuli, porte-parole de la 8ème région militaire des FARDC, Nord Kivu, RDC, février 2013. (VOA/Nicolas Pinault)
« Alors que nous étions en train de traquer, avec un rythme beaucoup plus ardu les FDLR, c’est le M23 qui est venu stopper notre rythme, nonobstant cela, on a jamais stoppé de traquer les FDLR (…) Il faut que l’opinion sache que le M23 avait ralenti notre rythme (…) », a dit à la VOA le porte-parole de la 8ème région militaire des FARDC, le lieutenant-colonel Olivier Hamuli. 

Auparavant, le porte-parole militaire du M23 Sultani Makenga a dit à la VOA que les FDLR se préparaient à les attaquer, «avec les FARDC».

M Makenga avait par ailleurs ajouté : « (…) Le Congo n’a pas d’armée. Discutons-en à Kampala pour créer une vraie armée. Nous sommes tous des Congolais. »

Le lieutenant-colonel Olivier Hamuli lui a fait plus ou moins écho, en répondant : « (…) C’est vrai que nous sommes encore une armée en pleine reformation, mais le M23 connait les capacités des FARDC. Nous les avons défaits à Uvira, nous les avons défaits à Masisi, et jusqu’aujourd’hui, ils savent très bien que les FARDC se tiennent très bien. (…) Nous reconnaissons nos faiblesses, nous reconnaissons la jeunesse de notre armée, mais nous sommes en train de faire le travail ; on n’a pas démérité. »