mercredi, août 27, 2014 Heure locale: 23:00

actualités / afrique-centrale

RDC-Nord Kivu : La population en Territoire de Lubero livrée à la violence armée

Roger Meece, Représentant du Secretaire Général de l'ONU en RDC, Kinshasa, 28 Novembre 2011 (Nicolas Pinault VOA)Roger Meece, Représentant du Secretaire Général de l'ONU en RDC, Kinshasa, 28 Novembre 2011 (Nicolas Pinault VOA)
x
Roger Meece, Représentant du Secretaire Général de l'ONU en RDC, Kinshasa, 28 Novembre 2011 (Nicolas Pinault VOA)
Roger Meece, Représentant du Secretaire Général de l'ONU en RDC, Kinshasa, 28 Novembre 2011 (Nicolas Pinault VOA)
Les pourparlers de Kampala sur la RDC, de nouveau en veilleuse en début de semaine à cause du sommet de l’Union Africaine à Addis Abeba, ont repris mercredi. Ce sommet a justement vu échouer l’accord du plan de paix régional pour l’Est de la RDC. Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a expliqué dans une conférence de presse, le 28 janvier, que cela était dû à « des questions de procédure ». Quant aux dirigeants africains, ils ont dit avoir besoin de plus de temps.

Le lendemain, à Kinshasa, le Représentant du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, Roger Meece, soulignait au micro de Nicolas Pinault, envoyé spécial de la VOA, l’importance du déploiement d’une force « d’imposition de la paix » qui permettrait de mieux protéger les populations et de favoriser la recherche d’une solution politique durable.
Pendant ce temps, dans l’est de la RDC, en ce mois de janvier, au moins 28 femmes ont été violées par les FDLR dans 7 villages de Groupements TAMA et ITALA au sud du Territoire de Lubero, selon Omar Kavota, président de la société civile du Nord Kivu, qui dit que les rebelles rwandais pillent les récoltes des paysans.

« Les femmes retrouvées dans leurs champs sont simplement violées, tandis que les hommes sont tabassés et obligés de servir comme porteurs des vivres ou récoltes volées par les FDLR », indique un communiqué de la Coordination Provinciale de la Société Civile du Nord Kivu, se disant très préoccupée par cette situation.
Joseph Malikidogo, président de la société civile du Territoire de Lubero, affirme que les attaques des rebelles des FDLR et autres milices contre les civils sont systématiques dans cette région, où 90 pour cent de la population vit de l’agriculture.