mercredi, septembre 03, 2014 Heure locale: 04:33

actualités / afrique-de-l-ouest

Crise malienne : Le Premier ministre Diango Cissoko en tournée ouest-africaine

Le premier ministre malien Diango Cissoko (G) et le président Dioncounda Traoré à la résidence présidentielle à Bamako le 12 décembre 2012.Le premier ministre malien Diango Cissoko (G) et le président Dioncounda Traoré à la résidence présidentielle à Bamako le 12 décembre 2012.
x
Le premier ministre malien Diango Cissoko (G) et le président Dioncounda Traoré à la résidence présidentielle à Bamako le 12 décembre 2012.
Le premier ministre malien Diango Cissoko (G) et le président Dioncounda Traoré à la résidence présidentielle à Bamako le 12 décembre 2012.
Le nouveau Premier ministre malien Diango Cissoko, qui a entamé une tournée ouest-africaine le 26 décembre, a été reçu mercredi à Ouagadougou par le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, médiateur désigné de la Cedeao. Il dit être porteur d'un message du président malien Dioncounda Traoré pour un soutien afin de libérer le Nord du Mali, et d’aller vers des élections crédibles en 2013.

M. Cissoko a également prévu de se rendre en Côte d’Ivoire, au Bénin et au Sénégal, jusqu’au vendredi 28 décembre. C’est sa première sortie depuis sa prise de fonction le 12 décembre, en remplacement de Cheick Modibo Diarra, qui a été forcé à la démission par l’ex-junte malienne. 

Ces déplacements en Afrique de l’ouest devraient lui permettre de discuter des négociations avec le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) et les islamistes d’Ansar Dine, deux mouvements armés ayant affiché leur volonté de dialogue le 21 décembre à Alger avec le gouvernement malien.

Cinq jours plus tard, le MNLA, par la voix de son chargé de communication à Paris, Moussa ag Assarid, condamnait la reprise des amputations, la destruction de mausolées et les coups de fouets infligés aux populations du Nord.

De son côté, la plate-forme des organisations des jeunes des régions occupées, ayant réaffirmé être contre toute organisation des élections au Mali avant la libération du Nord, a également condamné mardi les nouvelles exactions perpétrées par les islamistes.