mardi, septembre 02, 2014 Heure locale: 16:40

actualités

Obama propose des mesures concrètes pour lutter contre la violence armée aux Etats-Unis

Le président Barack Obama a annoncé mercredi son plan d'action pour empêcher d'autres tueries aux Etats-UnisLe président Barack Obama a annoncé mercredi son plan d'action pour empêcher d'autres tueries aux Etats-Unis
x
Le président Barack Obama a annoncé mercredi son plan d'action pour empêcher d'autres tueries aux Etats-Unis
Le président Barack Obama a annoncé mercredi son plan d'action pour empêcher d'autres tueries aux Etats-Unis
Le président Barack Obama a fait mercredi des propositions qualifiées de « concrètes » pour juguler la violence armée dans le pays. Ces propositions sont fondées sur les recommandations de son vice-président, Joe Biden, qu’il avait chargé d’étudier la question et de rencontrer divers groupes impliqués dans le grand débat sur le contrôle des armes à feu, après le massacre du mois dernier dans l’école de Sandy Hook, qui avait coûté la vie à 20 enfants et 6 adultes à Newtown, dans l’Etat de Connecticut.

Le plan inclut des mesures qui nécessiteront leur approbation par le Congrès, ainsi que d’autres qu’il peut lui-même prendre par décret. M. Obama a proposé une interdiction des fusils d’assaut, des vérifications plus strictes sur les antécédents de ceux et celles qui achètent des armes, et de plus grands efforts pour renforcer les services de santé mentale. Le chef de l’exécutif ne se fait aucune illusion sur le combat qu’il va devoir livrer au sein d’un Congrès fort divisé sur la question des armes.

Déjà, lundi, il avait déclaré que « les législateurs devront faire leur propre examen conscience », et qu’il va en ce qui le concerne « proposer des réponses qui mettent de côté la politique politicienne ». Il a annoncé ses propositions lors d’une intervention à la Maison Blanche, en présence des familles de victimes de la tuerie de l'école primaire et d’enfants qui lui avaient écrit après ce drame.

Le président a dit que ce jour-là était le pire de sa présidence, et il a averti que les générations futures se souviendront de ce que les parlementaires feront, ou ne feront pas.  « C’est de cette façon que nous serons jugés, et les voix de ces enfants devraient nous forcer à changer », a-t-il dit.

Après son allocution, le  président a signé 23 mesures réglementaires destinées à lutter contre la violence due aux armes, et a appelé le Congrès à interdire les armes d'assaut et les chargeurs de plus de dix balles.

« Nous ne pouvons plus retarder » une action sur le contrôle de la circulation des armes, a-t-il fait valoir. LE président a souligné que le fait d’assurer la sécurité des enfants est « notre première tâche, en tant que société ». « Faisons ce qui est correct. Faisons ce qui est bon pour eux, et pour ce pays que nous aimons tant », a souligné M. Obama, en ajoutant que même si « une seule vie peut être sauvée par la réduction de la violence armée, c’est une obligation pour le  pays d’essayer ».

Mardi, la National Rifle Association (NRA), soit le plus puissant lobby pro-armes des Etats-Unis, a lancé une campagne publicitaire pour attaquer, avant même qu’elles ne soient dévoilées, les propositions du président. Dans les publicités en question, la NRA a qualifié M. Obama « d’élitiste hypocrite » pour avoir permis que ses filles soient protégées par des agents de sécurité armés, pendant qu’il rejette une proposition sur le stationnement de gardes armés dans chaque école.

L’initiative de M. Obama est intervenue 24 heures après que l’Etat de New York soit devenu le premier, dans la nation américaine, à imposer des mesures draconiennes de contrôle des armes.

Cette loi élargit, de son côté, l’interdiction des fusils d’assaut dans l’Etat de New York, et exige des vérifications préliminaires sur les antécédents de toute personne tentant d’acheter des munitions. Elle impose aussi des limites sur le nombre de balles dans les chargeurs, et inclut des clauses pour éviter que les personnes souffrant de troubles mentaux aient accès à des armes à feu.

Dans un communiqué, la NRA a dit que « de tels projets de contrôle des armes n’ont fait qu’échouer dans le passé, et qu’ils n’auront aucun impact sur la sécurité publique  et la criminalité ».

Selon un certain nombre de sondages d’opinion publique, beaucoup d’Américains semblent plus ouverts maintenant à des restrictions gouvernementales plus draconiennes sur les armes à feu. Et un sondage « Associated Press-GfK » a révélé qu’une majorité d’Américains est favorable à une interdiction des fusils d’assaut, tandis que 84% pensent qu’il faut vérifier les antécédents des acheteurs d’armes. Un sondage du Pew Research Center offre des conclusions similaires.