lundi, juillet 28, 2014 Heure locale: 10:18

actualités / monde

Nouvel appel de fonds du CICR pour 2013

Des déplacés au Tchad recevant des sacs de graines du CICR  Des déplacés au Tchad recevant des sacs de graines du CICR
x
Des déplacés au Tchad recevant des sacs de graines du CICR
Des déplacés au Tchad recevant des sacs de graines du CICR
Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) a lancé un appel de fonds d’un montant de 1,25 milliards de dollars pour financer ses opérations en 2013. Comme les années précédentes, l’Afghanistan et l’Afrique compteront pour une bonne partie de cette assistance humanitaire. 

Le CICR est peu optimiste quant à la perspective d’une amélioration substantielle des conditions de vie des millions de personnes prises au piège de conflits de plus en plus complexes. Son président, Peter Maurer, se dit très préoccupé par l’impact de la violence sur les civils en Syrie, de même que par les combats et les nombreux abus dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Au Mali, les pénuries de vivres et le déclin des services de base accroissent la vulnérabilité des populations locales, a-t-il expliqué.

Outre ces pays qui dominent l’actualité, M. Maurer a rappelé que le CICR intervient aussi pour alléger les souffrances dans des régions oubliées, notamment aux Philippines, à Madagascar, ou encore en République centrafricaine (RCA).

L’insécurité et les difficultés d’accès aux nécessiteux entravent le travail de l’ONG, a souligné le président du CICR en citant, en particulier, le cas de la Syrie.

« Notre principal souci actuellement est de pouvoir atteindre les populations souffrant de l’impact immédiat de la guerre. Mais, en dépit des difficultés, nous menons un grand nombre d’activités humanitaires en Syrie », a-t-il dit. Il a évoqué la distribution, en novembre dernier, de 24 000 kits alimentaires permettant de nourrir pendant un mois des familles de 5 à six personnes.

M. Maurer a fait état d’un blocage des efforts du CICR en vue de visiter les 25 principales prisons de Syrie, en dépit des assurances données par les autorités syriennes.

Une bonne partie de l’aide du CICR ira à l’Afrique, en faveur de pays tels que la Somalie, la RDC, le Soudan du Sud, le Mali et le Niger, entre autres.

Le CICR est resté en RDC malgré la reprise d’hostilités dans ce pays, a indiqué M. Maurer, ajoutant que son ONG s’intéresse également à d’autres régions de ce pays, outre la province du Nord-Kivu.

« Nous soignons les blessés, aidons les déplacés et les autres familles vulnérables, tout en fournissant de l’eau et en entretenant les réseaux d’adduction d’eau. Nous essayons de réunir les enfants et les familles dont ils sont séparés », a indiqué M. Maurer.

Il a souligné que le CICR est en contact avec les forces armées et les groupes rebelles pour leur rappeler leurs obligations à l’égard des populations civiles.