lundi, septembre 01, 2014 Heure locale: 11:12

actualités

Les forces maliennes et françaises, aux alentours de Kidal

Des militaires prenant position dans le nord du MaliDes militaires prenant position dans le nord du Mali
x
Des militaires prenant position dans le nord du Mali
Des militaires prenant position dans le nord du Mali
Les forces françaises ont pris l'aéroport de Kidal, le dernier bastion des militants islamistes qui ont pris le contrôle du nord du Mali l'année dernière.

L'armée française a déclaré mercredi que les troupes ont investi l'aéroport pendant la nuit. Haminy Maiga, président de l'assemblée régionale de Kidal, a précisé que les troupes ont débarqué dans les avions et des hélicoptères, et n'ont rencontré aucune résistance.

Le groupe rebelle touareg Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) avait déclaré en début de semaine que ses combattants avaient repris le contrôle de Kidal au groupe islamiste Ansar Dine.

M. Maïga, qui reste en contact avec Kidal par téléphone satellitaire, a déclaré que le MNLA est déployé à la périphérie de la ville et que les miliciens d’Ansar Dine ont fui vers les villages voisins.

Entre-temps, il semblerait que la grande majorité des manuscrits anciens de la ville de Tombouctou n’ont pas été détruits ou endommagés. Le maire de la ville avait déclaré que les islamistes avaient mis le feu à l'Institut Ahmed Baba, une importante bibliothèque de manuscrits, lorsqu’ils ont fui la ville.

Cependant, Shamil Jeppie, un expert sur ces manuscrits à l'Université de Cape Town en Afrique du Sud, a déclaré mercredi que la plupart des livres et des documents ont apparemment été cachés par les habitants durant le règne des islamistes, qui aura duré dix  mois.

Dans une missive à la VOA, M. Jeppie a précisé que les responsables des bibliothèques de Tombouctou avaient « travaillé tranquillement tout au long de l'occupation rebelle »  pour placer les documents en lieu sûr. Un certain nombre de pièces ont certes été soit endommagées, soit volées, mais on n’a pas signalé de  «  destruction malveillante d'une bibliothèque ou d'une collection » a-t-il ajouté.
Selon un haut responsable de l'Institut Ahmed Baba, la majorité des collections de l’institut se trouvait dans un bâtiment plus ancien, et non celui qu’auraient incendié les islamistes.

Par ailleurs, la France a invité le gouvernement intérimaire malien à ouvrir rapidement des pourparlers avec les groupes non-terroristes et les représentants des populations du nord du Mali. Le porte-parole du Quai d’Orsay,  M. Philippe Lalliot, a évoqué la nécessité d’un dialogue nord-sud qui faciliterait la réunification du pays.