dimanche, avril 20, 2014 Heure locale: 10:47

actualités / états-unis

Le pionnier des logiciels antivirus John McAfee sera extradé au Belize

John McAfee après son arrestation à Guatemala CityJohn McAfee après son arrestation à Guatemala City
x
John McAfee après son arrestation à Guatemala City
John McAfee après son arrestation à Guatemala City
Taille du texte - +
John McAfee, fondateur et ex-patron américain de la société de sécurité informatique qui porte son nom, est rentré dans le logis où il s’était installé au Guatemala, après avoir été brièvement hospitalisé pour des problèmes d’hypertension, selon ses avocats.
Le pionnier des logiciels antivirus souffrirait de stress, mais n’a pas eu un malaise cardiaque, comme on le redoutait en début de journée jeudi.

Quelques heures plus tôt, les autorités locales lui avaient refusé l'asile politique et annoncé son extradition vers le Belize, où il doit être entendu dans une affaire de meurtre. Il a été interpellé pour être entré illégalement dans le pays.

Né en Angleterre en 1945, John McAfee a grandi à Salem, dans l’Etat américain de Virginie. Selon des personnes vivant dans son voisinage au Belize, il serait  devenu maniaque et excentrique. M. McAfee dit craindre pour sa vie s’il est extradé vers le Belize.

« J'ai vécu pendant 5 ans au Belize pacifiquement » fait-t-il valoir. « Il y a sept mois, le gouvernement du Belize a envoyé 42 soldats armés dans ma propriété. Ils ont tué l’un de mes chiens, ils ont fait irruption dans l'ensemble de mes maisons, ils ont volé, ils m'ont arrêté et m'ont gardé menotté au Soleil pendant 14 heures. J'ai été emmené en prison et n'ai pu en sortir que suite à l'intervention de l'ambassade américaine », raconte M. McAfee.

Depuis, dénonce-t-il,  « J'ai été continuellement harcelé par le gouvernement ; ils ont essayé de m’inculper de tous les crimes possibles ». Parmi ces crimes présumés, selon M. McAfee : la possession d’un laboratoire d’antibiotiques sans permis, l’embauche de gardes sans permis, ou encore, plus récemment, une tentative d’assassinat de son voisin. L’inventeur affirme être en possession de documents  « qui prouvent la corruption intense à tous les niveaux de la police et du gouvernement » au Belize.

A noter que les autorités du Belize n'ont, à ce jour, retenu aucune charge contre McAfee. Elles souhaitent néanmoins l'interroger dans le cadre de l'enquête sur le meurtre début novembre de son voisin au Belize, un autre Américain avec qui il ne s’entendait pas, Gregory Faull.