vendredi, novembre 21, 2014 Heure locale: 04:12

actualités / afrique-centrale

Pourparlers entre Kinshasa et le M23 : Les députés de l’opposition congolaise boycottent Kampala

Un hélicoptère de la Monusco survole le Lac Kivu, tandis que des rebelles du M23 progressent sur la rive à Goma, RDC, 20 novembre 2012 Un hélicoptère de la Monusco survole le Lac Kivu, tandis que des rebelles du M23 progressent sur la rive à Goma, RDC, 20 novembre 2012
x
Un hélicoptère de la Monusco survole le Lac Kivu, tandis que des rebelles du M23 progressent sur la rive à Goma, RDC, 20 novembre 2012
Un hélicoptère de la Monusco survole le Lac Kivu, tandis que des rebelles du M23 progressent sur la rive à Goma, RDC, 20 novembre 2012
L’opposition à l’Assemblée nationale congolaise estime ne pas être concernée par ces discussions entre le gouvernement et le M23, basées sur l’accord du 23 mars 2009. 

Des responsables du M23 devaient rejoindre Kampala en fin de semaine pour l'ouverture de négociations avec les autorités congolaises, à la suite de leur retrait militaire de Goma, dans le Nord Kivu, effectué le weekend du 1 et 2 décembre.
Jean Marie Runiga, le chef politique de la rébellion prévoit de rejoindre la capitale ougandaise avant la fin de la semaine. En revanche, le chef militaire Sultani Makenga ne devrait pas se déplacer, a précisé Monsieur Runiga, tout en disant espérer que le Président congolais, Joseph Kabila, participera aux négociations.

Le cadre des négociations reste encore à préciser, mais les intéressés doivent revenir sur l’accord du 23 Mars 2009, signé entre le gouvernement et le CNDP.

Le porte-parole de l’UNC, Jean Baudouin Mayo Mambeke, député national de l’opposition et président de la commission infrastructures et aménagement du territoire, a dit à la VOA que l’opposition, fusse-t-elle à l’Assemblée ou non, n’a strictement rien à faire à Kampala, tout en regrettant que le gouvernement privilégie le dialogue avec un groupe armé, tandis qu’il n’y en a pas, selon lui, avec l’opposition politique de la RDC.

Aussi, de plus en plus d’observateur congolais estiment que les prochaines discussions de Kampala ne règleront pas les problèmes inter-congolais, ou du moins restent sceptiques sur cette question, étant donné la présumée collaboration de l’Ouganda et du Rwanda, considérés comme parrains du M23 par l’Onu et le gouvernement congolais.

Le Bureau International d’Etudes pour la Paix et le Développement, basé à Ottawa au Canada, dénonce la résolution proposée à la CIRGL «par le Président ougandais Yoweri Museveni, ayant préconisé le maintien et le contrôle par le M23 des territoires occupés avant juillet 2012 jusqu'à 20 km de la Ville de Goma, en violation de la Constitution de la RDC.»

Cette organisation œuvrant pour le règlement des conflits par la voix de la paix, appelle toutes les composantes de la société congolaise à participer à un dialogue intra-Congolais afin de trouver les solutions durables aux violences meurtrières qui perdurent dans l'est de la RDC, une demande croissante au sein de la société civile et de l’opposition en RDC.
Ce forum a été clos.
Triage des commentaires
Commentaires
     
Par: mugabilwa De: rome
10.12.2012 19:50
VOA, je suis un de vos auditeurs férus. Parlant des négociations entre les Rebelles et les représentants du gouvernement, vous faites une affirmation qui prête à confusion et donc susceptible de partialité et de demi-vérité. En effet, lorsque vous avancez : « Pour appel le M23 sont d’anciens rebelles intégrés dans l’armée. Se plaignant de discrimination et de mauvais traitement, ils ont déserté. » Un énoncé pareil, non nuancé ni contextualisé, peut faire croire qu’effectivement les membres de ce Mouvement mono-éthique ne sont pas mieux traités dans l’armée et dans d’autres institutions par Kabila. Merci.


Par: Kambale De: Rwanda
08.12.2012 09:55
Les congolais sont uniques dans leur façon de raisonner.Qui d'autres pouvaient accepter que le pays pointé soutenir la rébellion soit médiateur..........Dommage

Plus
Plus Programmes Radio