vendredi, octobre 31, 2014 Heure locale: 18:24

actualités / afrique-centrale

Katanga : les civils vulnérabilisés et terrifiés par les belligérants

Dans l'est de la RDC, les affrontements entre gouvernementaux et milices ont un impact dévastateur sur les populations civilesDans l'est de la RDC, les affrontements entre gouvernementaux et milices ont un impact dévastateur sur les populations civiles
x
Dans l'est de la RDC, les affrontements entre gouvernementaux et milices ont un impact dévastateur sur les populations civiles
Dans l'est de la RDC, les affrontements entre gouvernementaux et milices ont un impact dévastateur sur les populations civiles
L’ONG Médecins Sans Frontières (MSF) se dit extrêmement alarmée par la situation désastreuse dans laquelle se trouvent les populations civiles au Katanga, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Elles sont prises entre deux feux, les groupes armés affrontant les gouvernementaux dans cette partie du territoire congolais. Par dizaines de milliers, les civils ont fui les territoires de Malemba-Nkulu, Manono, Mitwaba et Pweto, au Nord et Centre/Katanga, pour échapper aux atrocités.


Victimes des pires sévices, terrifiés, les civils prennent refuge dans la brousse, dans les conditions les plus primitives, en pleine saison des pluies. En conséquence, le paludisme et les maladies respiratoires font des ravages.

Joint sur place, le Dr Thomas Mollet, médecin coordonnateur de MSF/ Hollande pour le Katanga, fait valoir que surtout dans le nord du Katanga, l’intensification des tensions entre les milices Maï-Maï et les détachements gouvernementaux se sont exacerbées durant les deux dernières semaines.

« On a des villages complètement vides et les gens vivent dans la brousse, ce qui est très dangereux pour eux, surtout à l’époque de la saison des pluies où le paludisme et les maladies respiratoires font énormément de dégâts dans ces populations déjà très fragiles » déclare le Dr Mollet.

Les séropositifs et tuberculeux perdent accès aux traitements. « Ces patients ont besoin de prendre leurs traitements de façon très régulière » rappelle le Dr Mollet.  Par ailleurs, la campagne de vaccination contre la rougeole a dû être interrompue.

« Ce que nous essayons de faire, c’est de faire en sorte que les centres de santé soient approvisionnés au maximum pour que ces personnes puissent, sans avoir des dizaines de kilomètres à marcher, accéder à ces soins » a poursuivi le Dr. Mollet.

« Nous appelons vraiment toutes les forces gouvernementales et les milices Maï-Maï, ou tous les belligérants quels qu’ils soient à respecter pleinement l’intégrité physique et morale de ces populations civiles qui sont déjà terriblement affectées par la maladie et par les épidémies » a conclu le médecin, qui était joint au Katanga.
Plus
Plus Programmes Radio