mercredi, novembre 26, 2014 Heure locale: 02:48

actualités / états-unis

Etats-Unis : voyages controversés de certains législateurs à l’étranger

Le siège du Congrès à Washington, D.C.
Le siège du Congrès à Washington, D.C.
Le Washington Post signale que les parlementaires américains et des membres de leur personnel effectuent des déplacements à l’étranger financés par la Chine et d’autres pays – malgré les  récentes réformes du code d’éthique parlementaire.  

Selon le grand quotidien de la capitale fédérale, un examen des documents du Congrès révèle que 21 parlementaires américains ont effectué de tels voyages à l’étranger en 2011, soit le double par rapport aux années précédentes. Quant aux employés des sénateurs et députés américains, ils sont crédités de plus de 800 voyages payés par des gouvernements étrangers entre 2005 et 2011.

Pour les organisateurs de ces déplacements, il s’agit-là d’un moyen important pour les employés des parlementaires américains de visiter d’autres pays, sans que cela ne coûte un centime aux contribuables.

Le président Obama prononçant son discours sur l'état de l'Union au CongrèsLe président Obama prononçant son discours sur l'état de l'Union au Congrès
x
Le président Obama prononçant son discours sur l'état de l'Union au Congrès
Le président Obama prononçant son discours sur l'état de l'Union au Congrès
Mais le Washington Post trouve que les employés qui ont profité de l’offre de ces gouvernements étrangers avaient été contactés par des lobbyistes des pays concernés plus de 200 fois entre 2008 et 2010. Ces lobbyistes les avaient contactés pour discuter de propositions de loi, ou de questions relatives au commerce et aux relations internationales. 

La Chine a été la principale destination des collaborateurs des parlementaires. Certains de leurs principaux assistants ont visité ce pays communiste plus de 200 fois  en 6 ans, et effectué 100 autres déplacements à Taiwan.

Pourtant, le Congrès avait réformé son code d’éthique sur les voyages des parlementaires et des membres de leur personnel, après le scandale de 2005 impliquant le lobbyiste Jack Abramoff. Ce dernier, qui payait des voyages très chers à plusieurs parlementaires et à des membres de leurs familles, avait fini par plaider coupable de fraude et versement de pots-de-vin.

Mais les détracteurs du Congrès trouvent des contradictions dans les nouveaux règlements. Par exemple, font-ils remarquer, il est interdit aux lobbyistes d’acheter une simple tasse de café aux personnels des parlementaires, mais ils peuvent organiser des déplacements à l’étranger et les inviter à des voyages coûtant 10.000 dollars, voire plus.
Plus
Plus Programmes Radio