samedi, septembre 20, 2014 Heure locale: 03:52

actualités / afrique-de-l-ouest

Elections générales en Sierra Leone

Une femme votant à Freetown le 17 novembre 2012Une femme votant à Freetown le 17 novembre 2012
x
Une femme votant à Freetown le 17 novembre 2012
Une femme votant à Freetown le 17 novembre 2012
Les Sierra-leonais choisissent leur prochain président et les membres du Parlement. A Freetown, la capitale, ils ont formés de longues lignes très tôt devant les bureaux de vote avant le début du scrutin. Il s’agit des troisièmes élections nationales depuis la fin en 2002 d’une décennie de guerre civile en Sierra Leone.

Le chef de la mission d’observation de l’Union européenne, Richard Howittt a fait état à la presse d’une bonne affluence aux urnes dans  la matinée.

Pour la présidentielle, le président sortant, Ernest Bai Koroma, fait face à huit adversaires, y compris le principal candidat de l’opposition, Julius Maada Bio.

Des militants de l'opposition durant la campagne électorale à FreetownDes militants de l'opposition durant la campagne électorale à Freetown
x
Des militants de l'opposition durant la campagne électorale à Freetown
Des militants de l'opposition durant la campagne électorale à Freetown
Au dernier jour de la campagne électorale, les leaders politiques ont appelé leurs partisans à éviter la violence qui avait  marqué les élections de 2007. Selon Gregory Houel, chef de la délégation des observateurs du Centre Carter, le mot d’ordre semble avoir eu un impact.

« Nous pouvons dire avec une certaine confiance que la période de la campagne a été plus paisible à travers le pays, avec peu d’instances de violence signalées, et peu de heurts entre le parti APC au pouvoir et l’opposition, essentiellement le SLPP », a-t-il expliqué.

La commission électorale sierra-leonaise a, de son côté, pris des mesures pour assurer la crédibilité du scrutin, procédant notamment la formation du personnel électoral. Les résultats seront annoncés beaucoup plus rapidement que par le passé, a promis le  porte-parole de la commission, Albert Massaquoi.
 
Les responsables électoraux ont dix jour pour le faire. Un second tour est prévu pour la présidentielle au cas où aucun des candidats ne remporterait au moins 55% des voix.

Le président Koroma a remporté au second tour la présidentielle de 2007. Son parti, l’ACP, détient la majorité des sièges au Parlement.