lundi, novembre 24, 2014 Heure locale: 05:03

actualités

De nouveaux bras pour un soldat victime d'une bombe

Brendan M. Marrocco écoute ses mèdecins à l'hôpital Johns Hopkins de Baltimore   Brendan M. Marrocco écoute ses mèdecins à l'hôpital Johns Hopkins de Baltimore
x
Brendan M. Marrocco écoute ses mèdecins à l'hôpital Johns Hopkins de Baltimore
Brendan M. Marrocco écoute ses mèdecins à l'hôpital Johns Hopkins de Baltimore
Un soldat qui a perdu ses deux bras et ses deux pieds en Irak vient de quitter l’hôpital, près de Washington, où il a subi une double greffe des bras, quelque chose de très rare dans le domaine de la chirurgie plastique.

Agé de 26 ans, Brendan Marrocco a été le premier soldat à survivre après avoir perdu les quatre membres dans la guerre, que ce soit en Irak ou en Afghanistan. Les médecins ont révélé, cette semaine, qu'il a reçu une greffe des deux bras.

Devant un groupe de journalistes mardi, le soldat s’est dit très heureux d’avoir à nouveaux des bras, après les avoir perdus en 2009, dans l’explosion d’une bombe artisanale.

« Cela me donne beaucoup d'espoir pour l'avenir. J'ai l'impression d'avoir une seconde chance… pour recommencer. Je suis très enthousiaste pour l'avenir et j’ai hâte de voir jusqu'où je peux aller. »

Un mois après l’opération, qui a duré 13 heures en décembre dernier, Brendan a tweeté : « Ces nouveaux bras commencent déjà à bouger un peu ». Il lui faudra, néanmoins quelques années de réhabilitation, tandis qu’il s’habitue à l’usage de ses nouveaux membres.  

« Pratiquement, maintenant, je peux utiliser mon coude, celui que j’avais avant ; je peux le pivoter un peu. Ce bras-ci n'est pas encore en mouvement. Nous espérons que dans l'avenir il va fonctionner assez bien, » dit Brendan.
La patience est le maître-mot. Un membre de l’équipe de l’Hopital Johns Hopkins l’a ainsi expliqué : « C'est exactement ce que nous attendons. Comme je l’ai déjà dit, la régénération des nerfs s’opère à la vitesse maximale d'un centimètre par mois. »

Pour aider son corps à ne pas rejeter la greffe, les médecins ont aussi donné au soldat la moelle osseuse du même donneur qui a offert ses nouveaux bras, avant sa mort. Cette approche, combinée à des médicaments, devrait contribuer à la réussite de la double greffe, expliquent les médecins.

L'armée parraine des opérations comme celles-ci pour aider les soldats blessés. Environ 300 ont perdu des bras ou des mains en Irak ou en Afghanistan.
Plus
Plus Programmes Radio