mercredi, octobre 22, 2014 Heure locale: 03:08

actualités / afrique-centrale

Bangui menacée par les rebelles, tandis que Bozizé offre des concessions

Le président François Bozizé a promis de forger un gouvernement d'union nationale, et ne compterait pas se présenter à sa propre succession en 2016.

Le président François Bozizé aurait fait un certain nombre de concessions dimancheLe président François Bozizé aurait fait un certain nombre de concessions dimanche
x
Le président François Bozizé aurait fait un certain nombre de concessions dimanche
Le président François Bozizé aurait fait un certain nombre de concessions dimanche
En Centrafrique des rebelles de la coalition Séléka avertissent qu'ils pourraient bientôt entrer dans Bangui. Ils ont lancé ces menaces en dépit d’un accord passé avec le gouvernement en vue de tenir des pourparlers sans préalables début janvier.

Ce dimanche, les rues de la capitale Bangui étaient pratiquement vides. Les résidents ont indiqué avoir commencé à faire des réserves de nourriture en prévision d'une attaque rebelle.

La menace des rebelles survient trois semaines après le début de leur insurrection. A ce jour, ils ont pris le contrôle d'environ un tiers du pays et ont forcé l’armée loyaliste à battre en retraite à Damara, la dernière ville importante sur la route qui mène à Bangui, à environ 75 kilomètres seulement de la capitale.

Le Président en exercice de l'Union africaine, le Béninois Thomas Yayi Boni a conféré dimanche avec le Président centrafricain François Bozizé dans le but d’amorcer ces pourparlers de paix avec la Séléka, qui est une alliance de trois groupes armés.

La coalition rebelle accuse M. Bozizé de ne pas avoir honoré un accord de 2007 qui prévoyait notamment une réintégration et une compensation des rebelles après le dépôt de leurs armes.

A l'issue de sa rencontre M. Boni Yayi, le président Bozizé a promis de forger un  gouvernement d'union nationale après le dialogue avec la rébellion du Séléka à Libreville.

Selon l’Agence France presse, il aurait également demandé dans son allocution dimanche à rencontrer son homologue français François Hollande.

M. Bozizé a déclaré qu'il ne se présentera pas à sa propre succession en 2016, a affirmé de son côté le président Boni Yayi.
Plus Programmes Radio