jeudi, septembre 18, 2014 Heure locale: 13:41

actualités

RDC : brigade d'intervention rapide de l’ONU contre les groupes rebelles

Les Nations Unies veulent notamment éviter de nouvelles prises d’assaut type Goma dans le Nord-Kivu par le M23, le 20 novembre 2012.

Des rebelles du M23 se retirant de la ville de Saké, à l'ouest de Goma, dans l'Est de la RDC, 30 novembre 2012.Des rebelles du M23 se retirant de la ville de Saké, à l'ouest de Goma, dans l'Est de la RDC, 30 novembre 2012.
x
Des rebelles du M23 se retirant de la ville de Saké, à l'ouest de Goma, dans l'Est de la RDC, 30 novembre 2012.
Des rebelles du M23 se retirant de la ville de Saké, à l'ouest de Goma, dans l'Est de la RDC, 30 novembre 2012.
L'ONU envisage de mettre en place une brigade d'intervention rapide pour lutter contre les groupes rebelles en République démocratique du Congo.

Les Nations Unies veulent notamment empêcher les prises d’assaut type Goma quand les rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23) étaient entrés dans la ville, il y a trois mois, sous les yeux des Casques Bleus de la Mission de l'Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO).

C’est également pour éviter de nouveaux déplacements massifs surtout quand l’on sait que pas moins de 800.000 personnes ont été déplacées par la récente crise dans l’est de la RDC.

‘’C’est essentiellement pour protéger les populations civiles contre les groupes armés qui sévissent dans l’Est de la RDC. Cette idée part, à la base, d’une proposition des pays de la région, membres de la Conférence internationale des Grands Lacs qui, il y a quelques mois, a proposé la mise sur pied d’une force d’intervention neutre face à la crise qui s’est envenimée ces derniers mois dans l’est du Congo. Evidemment la mise sur pied de cette brigade d’intervention est également débattue au Conseil de sécurité de l’ONU qui, ultimement, décidera si elle doit exister ou pas’’, a précisé à la Voix de l’Amérique (VOA) M. André-Michel Essoungou, porte-parole du Département des Opérations de Maintien de la Paix de l’ONU à New York.

Petit pas dans les négociations de Kampala

Cela intervient au moment où il y a, enfin, un petit pas de franchi dans les négociations de Kampala entre le pouvoir de Kinshasa et le M23.

Le M23 a accusé le président Joseph Kabila de ne pas avoir respecté l’accord de paix visant notamment à intégrer les rebelles au sein de l'armée régulière du pays.

Les rebelles affirment vouloir améliorer les conditions de vie des habitants de l'Est de la RDC, mais l'ONU les accuse d’être soutenus par le Rwanda, très présent dans l’Est de la RDC, où  se sont réfugiés, selon Kigali, des responsables présumés du génocide rwandais en 1994.

Hormis cette brigade d'intervention rapide, a ajouté M. Essoungou, l’ONU est également en faveur d’un plan politique global pour ramener la stabilité dans toute la région en ligne avec les pourparlers, au mois de janvier 2013, lors du sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba entre les dirigeants de la RDC, du Rwanda, de l'Ouganda, du Burundi, de l'Angola, de la République du Congo (Congo-Brazzaville), de la Tanzanie et de l'Afrique du Sud.