jeudi, octobre 30, 2014 Heure locale: 16:37

actualités / Afrique

Algérie : Sans nouvelles des 30 otages encore aux mains des militants d’Al-Qaida

Un otage rescapé à l'hôpital d'Ain Amenas en Algérie. Image de la télévision algérienne, 18 janvier 2013.Un otage rescapé à l'hôpital d'Ain Amenas en Algérie. Image de la télévision algérienne, 18 janvier 2013.
x
Un otage rescapé à l'hôpital d'Ain Amenas en Algérie. Image de la télévision algérienne, 18 janvier 2013.
Un otage rescapé à l'hôpital d'Ain Amenas en Algérie. Image de la télévision algérienne, 18 janvier 2013.
L'agence de presse officielle algérienne a annoncé la libération d’une centaine d’otages étrangers, retenus captifs par des islamistes dans une usine de gaz naturel depuis mercredi.

Selon une source au sein des forces de sécurité algériennes, qui a conservé l’anonymat, les militants s’étaient emparés au total de 132 otages étrangers quand ils ont attaqué le complexe mercredi. L’Agence de presse algérienne rapporte que plus de 570 Algériens ont été libérés du complexe gazier, de même qu’une centaine d’étrangers. On est sans nouvelle de 30 autres étrangers.

Vendredi après-midi, l’opération militaire algérienne sur le site se poursuivait, et les forces spéciales négociaient toujours avec les militants. 

Selon diverses sources, des ressortissants des États-Unis, des Philippines, de Grande-Bretagne, du Japon, de la Norvège, de la Roumanie, de la France, de la Malaisie et d'Autriche figurent parmi les otages.

Les autorités occidentales – Américaine et britanniques notamment -  disent rechercher des informations sur l'évolution de la situation, tout en déplorant ne pas avoir été informées par les autorités algériennes auparavant.

La Maison Blanche a indiqué vendredi que le président Obama reçoit des mises à jour régulières des responsables de la sécurité sur la situation en Algérie. Les Etats-Unis prendront « toutes les mesures nécessaires et convenables » en réponse à cette prise d’otages, a déclaré le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta. Washington condamnent fermement ce type d’actes terroristes. C’est une affaire très sérieuse lorsque des Américains sont pris en otage avec d’autres ressortissants, a-t-il déclaré à Rome.

M. Panetta a eu des entretiens à Londres avec le Premier ministre britannique David Cameron pour discuter notamment de l’Algérie, du Mali, et d'autres questions. Dans un discours au King’s Collège de Londres, il a déclaré que les terroristes qui attaquent des Américains "ne trouveront aucun refuge - ni en Algérie, ni en Afrique du nord, et nulle part ailleurs".

En France, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a exprimé sa préoccupation au sujet de cette situation.

Les militants, affiliés à Al-Qaida au Maghreb Islamique, disent avoir attaqué le complexe algérien en représailles à l’intervention militaire française contre les rebelles islamistes au Mali. Ils ont menacé d'attaquer d’autres cibles occidentales.
Plus
Plus Programmes Radio